Consommation d’alcool dans les repas : quelle licence pour le Pain et la Rose ?

Consommation d’alcool dans les repas : quelle licence pour le Pain et la Rose ?

6171 4114 Le pain et la rose

Toute personne qui crée ou reprend un restaurant doit obtenir ce qu’on appelle le permis d’exploitation. En fait cela ne permet qu’une seule chose, celle de demander l’attribution d’une licence à la mairie de sa commune, sachant qu’en définitive, c’est le Préfet qui l’attribue… la décentralisation reste encore un peu bancale !

Ce permis s’obtient en suivant une formation réglementaire, obligatoire de 2,5 jours. C’est ce que j’ai fait les 12, 13 et 14 Mars à la Chambre des métiers de Haute Garonne.

Pour aller à la mairie, il faut savoir quelle licence on veut demander, car depuis 2016, la législation a changé et s’est simplifiée.

Il y a 3 catégories et 2 types de licences .

  • Les licences qui permettent aux débits de boissons de délivrer de l’alcool en dehors ou au cours des repas : la licence III pour les alcools de 18° maxi et la licence IV pour tous les alcools. Il ne se crée plus depuis longtemps (époque Mendès-France !!) de ces licences, on les acquiert en les louant ou en les achetant et avec des conditions assez strictes de transfert. Autrement dit c’est devenu très difficile d’ouvrir un bar… et c’est bien ce qu’ont souhaité gouvernement et législateur pour faire diminuer le nombre de débits de boissons en France au nom de la lutte contre l’alcoolisme.
  • Les licences qui permettent de délivrer de l’alcool seulement en accompagnement accessoire d’un repas : ce sont les licences « Restauration »  (tous alcools) ou licence de « Petite restauration » qui autorise la vente d’alcools de 18 ° maximum.

Ces deux licences, au contraire des licences III et IV sont gratuites et sans quota, il est donc facile de les obtenir pour peu qu’on réunisse les conditions de casier judiciaire et de permis d’exploitation.

  • Il existe enfin les licences à emporter, nécessaires aux magasins d’alimentation, la détention d’une des 4 précédentes entrainant de facto la licence à emporter.

En dessous ou au dessus de 18°, que peut-on boire ?

Les boissons sont classées en 4 groupes :

Groupe 1, sans alcool ou jusqu’à 1,2 °: café, thé, jus de fruits, jus de légumes fermentés, eaux minérales, sodas. (pas de licence pour la vente ou la consommation sur place de ces boissons )

Groupe 3, jusqu’à 18°: vin, bière, cidre, poiré, hydromel, vins doux naturels (Banyuls, Muscat…), crème de cassis, jus de fruits fermentés jusqu’à 3°, vins doux naturels type Byhrr, Martini, apéritifs à base de vin, Floc de Gascogne ou Pineau des Charentes, liqueurs de fruits….etc

Groupe 4, les alcools distillés type Rhum, armagnac, Cognac, whisky, … etc

Le groupe 5 concerne plus spécifiquement les boissons à base de vin titrant plus de 18°, les anisés de plus de 45°, l’absinthe véritable…

Pour le Pain et la Rose se pose donc la question du choix entre la licence Restauration ou Petite Restauration. Puisque gratuites et sans quota, on pourrait se dire  « qui peut le plus peut le moins » et demander en conséquence la licence  « Restauration ».
J’apprécie beaucoup l’armagnac, mais davantage en préparation culinaire qu’en consommation à la fin des repas… et je ne me vois vraiment pas servir du Ricard ou des cocktails… cela ne serait pas cohérent avec l’esprit de ma table d’hôtes à Toulouse, ni en accord avec les plats et avec le réseau d’approvisionnement local.

Ce sera en revanche une grande joie de faire découvrir des apéritifs à base de vin, au sureau, aux noix, aux herbes aromatiques fabriqués par des producteurs d’Occitanie ou bien sur place, au Pain et la  Rose. Et de nombreux vins blancs, secs ou moelleux se prêtent à ensoleiller une dégustation d’amuse bouches, sans parler des coupes champagne, crémants et autre banquette de Limoux.

La licence petite restauration saura donc nous encourager à aller chercher ce qui se produit de meilleur sur nos terroirs.

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :